Le franchiseur : ses rôles et ses apports aux franchisés

Rôle du franchiseur

Ouvrir un commerce franchisé : tel est le rêve de beaucoup de personnes aujourd’hui. Ce modèle présente un intérêt majeur : il vous permet de goûter aux délices de l’entrepreneuriat sans en assumer la totalité risques. Néanmoins, dans la mesure où la structure de coûts repose entièrement sur les épaules du franchisé, il faut être suffisamment armé et disposer d’un certain nombre de connaissances pour faire face aux différents enjeux.

Qu’est-ce qu’une franchise ?

Une franchise est un contrat qui lie une société mère avec un ou des franchisés. Ce contrat pose les jalons de la collaboration commerciale entre les deux parties et en fixe les modalités. Pour plus d’informations à ce sujet, rendez-vous ici.

Pour le franchiseur, ce système lui permet d’accélérer son développement via la mise en place d’un réseau, tout en limitant ses coûts. En effet, les investissements sont réalisés par les franchisés. Ce sont eux qui assument les coûts liés à la mise sur pied de nouveaux point de vente. Ils doivent aussi verser une partie de leur chiffre d’affaires à l’entreprise mère. En contrepartie, cette dernière perd sa faculté de développer par elle-même de nouveaux points de vente et doit s’acquitter d’un certain nombre de responsabilités et d’obligations envers les franchisés. L’entreprise mère doit également proposer un annuaire de la franchise à l’ensemble des membres du réseau. Cela facilite le développement d’une culture d’entreprise.

Rôles de l’entreprise mère par rapport aux franchisés

Ouvrir une franchise ne sa fait pas sans aide ni accompagnement. En effet, de nombreuses obligations figurent dans le contrat qui unie l’enseigne aux commerçants indépendants. Tout d’abord, le premier rôle du franchiseur est de fournir le document d’information précontractuelle au franchisé (plus communément appelé DIP), et ce au moins 20 jours avant la signature du contrat. Ce document, qui a pour objet d’assurer au franchisé qu’il fait affaire avec la bonne enseigne, doit être clair, transparent et précis. L’idée est que les deux parties disposent de toutes les informations nécessaires au bon fonctionnement et à l’épanouissement de leur relation.

D’autre part, une passation en bonne et due forme entre les deux acteurs se caractérise par la transmission des signes distinctifs. Ces derniers regroupent un certain nombre d’éléments : les brevets de l’entreprise mère, l’enseigne, les logos, les sigles et les marques.

Les apports de l’entreprise mère aux franchisés

Devenir franchisé implique aussi de se voir transmettre un certain nombre de savoir-faire. Le succès d’une entreprise passe en effet souvent par des petits secrets de fabrication, un positionnement singulier vis-à-vis de la clientèle ou l’utilisation de méthodes commerciales à part entière. De manière plus triviale, les savoir-faire sont entendus juridiquement comme ce qui fait le secret de la réussite de l’entreprise mère. Si le franchisé rencontre des difficultés dans l’utilisation de ces éléments, l’entreprise mère a l’obligation de lui venir en aide et de lui prêter assistance.

Domiciliation d’entreprise à Paris : toutes les solutions proposées
Quel est le rôle d’un cabinet d’acquisition d’entreprise ?