Comment passer de salarié à entrepreneur ?

Des salariés quittent l’entreprise où ils travaillent et en même temps leur statut de salarié pour se consacrer entièrement à l’entrepreneuriat. Comment accomplir ce genre de démarche et ainsi se mettre à l’abri du besoin tout en gagnant en réputation ?

La décision de devenir entrepreneur

Après les études, la plupart des jeunes cherchent du travail. C’est en effet pour eux la manière de rentabiliser leurs années de formation académique et aussi le diplôme d’études supérieures récemment obtenu. Les jeunes essaient de viser un poste à responsabilité afin d’avoir un salaire élevé.

À mesure que le temps passe, les salariés sont familiarisés avec leurs tâches et les accomplissent sans trop de peine. Certains commencent alors à s’intéresser au style de vie du dirigeant de la société. Il y a même ceux qui veulent être à la place du chef d’entreprise et ainsi se défaire de la subordination du salarié.

La première étape pour passer du statut de salarié à celui d’entrepreneur est cette volonté d’être la place du boss. La volonté doit ensuite se traduire en une prise de risque. À un moment donné en effet, il faudra démissionner de son poste pour entreprendre. C’est une étape cruciale pour devenir entrepreneur. Les années d’expérience acquises lors du travail en entreprise sont formatrices. Elles auront permis au professionnel qui décide de se consacrer à l’entrepreneuriat d’avoir un bon sens de l’organisation, mais aussi de la rigueur et de l’ouverture d’esprit.

Visitez le site www.pme-developpement.fr/ pour tout savoir de la création d’entreprise.

La structuration du projet et l’étude de marché

Par respect de la clause de non-concurrence intégrée dans le contrat de travail, le salarié qui quitte une entreprise et qui souhaite la création de sa société ne peut pas exercer une activité qui concurrence directement son ancien employeur. Dès l’instant où le salarié décide fermement de devenir entrepreneur, il lui faudra évoluer dans un secteur d’activité complètement différent de son ancien travail.

Une fois le domaine ainsi que l’activité économique définie, il est indispensable de réaliser une étude de marché. Il est question ici d’une étude préalable consistant à définir la zone de chalandise, la demande ou les besoins des cibles, la nature de l’offre à proposer… L’étude de marché prend également en compte l’importance de la concurrence dans la zone d’activité choisie.

Toutes ces études et analyses préalables permettent au salarié qui veut devenir entrepreneur d’évaluer avec précision la viabilité et les chances de réussite de son projet. Il est judicieux d’accomplir ces démarches avant de quitter son travail en entreprise. Le salarié aura ainsi accompli une étape cruciale avant de démissionner de la société où il travaille. C’est également pour se convaincre que cette décision de démissionner est gage d’une vie professionnelle largement avantageuse.

Business plan et financements

Créer une entreprise, c’est prévoir un budget, plus précisément un apport personnel, pour le lancement. Un calcul financier préalable sur l’enveloppe de démarrage nécessaire se révèle indispensable pour bien connaître les fonds à utiliser pour le projet. Pour compléter son apport personnel, le salarié qui souhaite se consacrer à l’entrepreneuriat peut très bien faire une demande de prêt à la banque.

Avant de faire des demandes de financement, il est indispensable de rédiger un business plan. Ce document de 10 à 20 pages détaille le projet de création d’entreprise. Il commence généralement par un résumé, clair et précis, sur l’intérêt et l’attractivité du projet. Il faudra veiller à la qualité de ce résumé. Il conditionne en effet la volonté des investisseurs de lire ou non dans son intégralité le business plan.

Les autres parties et sections dans le business plan incluent :

  • La présentation de l’entreprise et du staff,
  • L’étude de marché,
  • La zone de chalandise,
  • Les produits et services,
  • Les cibles,
  • Les stratégies de développement,
  • Les moyens matériels et humains
  • Les fournisseurs,
  • Les plans financiers
  • Les chiffres d’affaires visés

Le business plan permet notamment d’attirer les investisseurs et les sponsors. Il sert également à confirmer le sérieux et la rigueur du projet aux yeux des autorités qui valident les demandes de création d’entreprise.

Lancement de son entreprise

Après toutes ces étapes, il est possible d’ouvrir son entreprise. La tâche principale du salarié devenu entrepreneur est alors de veiller à ce que la société tourne, qu’elle soit pérenne et qu’elle se développe. Pour ce faire, l’entrepreneur devra miser sur l’excellence de la communication, notamment avec les sponsors, les fournisseurs, les collaborateurs et surtout les clients. Il est également important de veiller au bien-être ses salariés. Leur motivation et application sont en effet essentielles pour le développement de l’entreprise.

Pour parfaire ses compétences, le manager peut suivre des formations en management d’entreprise, en communication, en négociation entrepreneuriale…

Par ailleurs, les conseils et l’accompagnement d’un coach de dirigeant ne seraient pas superflus. Cela permet de s’adapter rapidement et efficacement au poste de dirigeant d’entreprise.

Travailler en freelance en choisissant la bonne plateforme en ligne
Domiciliation d’entreprise à Paris : toutes les solutions proposées